Archives de Tag: Skyzoo

barrel brothers

Skyzoo & Torae present "Barrel Brothers" @@@@


barrel brothers

Apparus dans l’underground new-yorkais dans la seconde moitié des années 2000, Skyzoo et Torae sont devenus en quelques années deux des meilleurs représentants des quartiers de Brooklyn, l’un de Clinton Hill, l’autre de Coney Island. Les voilà réunis en tant que frères d’armes, des Barrel Brothers blousons et casquettes correctement vissées, prêts à montrer les muscles et pousser des rimes tout en osant innover en matière d’instrumentaux.

Lire la suite

DjJeanMaron-TrueSchool

DJ Jean Maron "True School" @@@½


DjJeanMaron-TrueSchool

2014, des soldats vétérans américains débardent en Normandie. DJ Jean Maron refait l’histoire soixante-dix ans plus tard cette fois avec des acteurs majeurs du Hip-Hop Eastcoast des nineties catégorie boom-bap. Nom de code de cette opération : True School. Lire la suite

skyzoo-dream deferred

Skyzoo "A Dream Deferred" @@@½


Skyzoo, l’un des plus brillants lyricistes de sa génération nous gratifie d’un album sophomore, The Dream Deferred. Le natif de Brooklyn découvert par 9th Wonder poursuit son émancipation en tant que MC ainsi que son indépendance vis-à-vis de Jamla Records, en fondant notamment son propre label The Faculty sous l’égide de Duck Down Records. Arrivera-t-il à trouver ses nouvelles marques ?

Lire la suite

M-Phazes "Phazed Out" mixed by DJ Rhettmatic [mixtape] @@@½


M-Phazes fait partie de ces producteurs hip-hop underground très appréciés mais relativement méconnus par rapport à d’autres beatmakers comme Oddisee et Illmind. C’est pas faute d’avoir pourtant produit pour Masta Ace, Talib Kweli, Pharoahe Monch ou encore Edo G ces deux dernières années. D’où l’idée pour M-Phazes de montrer son savoir-faire avec des beats de son invention mais sous forme d’une mixtape, Phazed Out, mixée par DJ Rhettmatic.

Lire la suite

Statik Selektah "Population Control" @@@½


Voici venir la livraison annuelle de Statik Selektah intitulée Population Control et publiée chez Duck Down Records. La formule de ce quatrième album du producteur de Boston reste la même, avec son lot d’habitués (Termanology, Reks, Talib Kweli, Styles P, Saigon, Bun B, Sean Price, Joell Ortiz, Colin Munroe, Skyzoo), les rookies du moment (Action Bronson, XV, Jon Connor, LEP Bogus Boys, Dom Kennedy, Rapsody, Mac Miller, Pill de Maybach Music, Smoke DZA, Big K.R.I.T…) et d’autres figures comme Brother Ali, les Strong Arm Steady, le rappeur chrétien Lecrae et Scram Jones.

Lire la suite

A3C Volume 1 [double-CD] @@@½


La structure A3C a organisé durant le second week-end d’Octobre un festival Hip-Hop à Atlanta avec une impressionnante line-up. Histoire de marquer le coup, une compilation à leur nom et éditée chez iHipHop Distribution a vu le jour la semaine précédant cet événement. Et ce généreux premier volume double-CD est à la hauteur de l’événement, cumulant 45 morceaux exclusifs et tout autant d’invités venus de tous les horizons. La richesse du Hip-Hop en 2011 dans un boîtier.

Lire la suite

9th Wonder "Wonder Years" @@@@


Cela fait depuis 2007 que Wonder Years est en préparation. Une éternité pour les aficionados du producteur révélé à travers les Little Brother, mais qui se sont tout de même satisfaits de ses albums collaboratifs avec Buckshot, Murs, Jean Grae ou encore David Banner. Il semblerait que ce soit sa réconciliation avec son petit frère Phonte qui ait catalysé la finalisation de Wonder Years. 9th a pris son temps, a attendu le moment opportun pour livrer cet opus, et autant vous dire que ça en valait la peine d’attendre.

Lire la suite

Skyzoo & Illmind "Live from the Tape Deck" @@@@


Après les associations 9th Wonder & Buckshot, Marco Polo & Torae puis Ruste Juxx et avant le très attendu Smif-N-Wessun & Pete Rock prévu pour Février 2011, Duck Down Records a misé sur une doublette inédite : Skyzoo, meilleur rookie de l’année 2009 grâce à son petit chef d’oeuvre The Salvation (relire la chronique), et Illmind, un de mes beatmakers underground favori. Ils livrent ensemble Live from the Tape Deck, un album qui s’écoute comme une bonne vieille K7 dans une boom-box. Conseil avant usage : mettez les basses au max.

Lire la suite

"The Stupendous Adventures of…" Marco Polo @@@@


Devenu en quelque sorte le producteur attitré de Duck Down Records en faisant ses preuves largement avec Torae (lire la chronique de Double Barrel) et récemment Ruste Juxx (lire la chronique de the eXXecution), Marco Polo vient de lancer son second album de producteur, faisant suite à Porth Authority (lire la chronique) publié il y a trois ans chez Rawkus Records. Composé de remixes, de beats inédits et d’une foule de MCs en tout genre, The Stupendous Adventures of Marco Polo raconte comment le beatmaker d’origine canadienne réinstaure le boom-bap dans l’underground Eastcoast.

Lire la suite

Statik Selektah "100 Proof (The Hangover)" @@@@½


De plus en plus sollicité par les rappeurs underground pour ses talents de producteur, de mixtape DJ et d’animateur de la scène de Boston, Statik Selektah a su faire son trou confortablement dans le rap game. Contrairement à certains dont le buzz se limite à crier son nom sur des instrus qui ne sont pas les siens et à tirer partie de son iPhone rempli de numéros de célébrités (hein DJ Khaled), Statik Selektah contribue vraiment à la scène hip-hop.

Si à chaque fois que son nom apparaît dans les crédits est un signe de qualité, ses albums sont eux surveillés de très près par les amateurs de bon son, car non seulement il réunit la crème des MCs Eastcoast (et pas seulement) mais on peut suivre sa progression en tant que producteur. 100 Proof (The Hangover), sa troisième mise à jour, est tout logiquement sa meilleure fournée à ce jour.

Lire la suite

Idle Warship "Party Robot" (mixtape) @@@1/2


Idle Warship est un nouveau groupe atypique formé de Talib Kweli et deux associées Res et Graph Nobel. Atypique pourquoi ? Au début je m’attendais à un style de musique hip-hop/soul, je ne connaissais pas trop cette nouvelle formation. Mais Party Robot mixée par Mick Boogie (téléchargeable gratuitement sur www.blacksmithnyc.com) m’a fait prendre compte que j’avais tout faux : Idle Warship joue la carte de l’électro à toutes les sauces possibles, jusqu’à flirter avec les limites de la pop.

Lire la suite

Skyzoo "The Salvation" @@@@1/2


Paris, 2049. La culture neo-hiptronic bat son plein avec des artistes comme S.Carter Jr et Pr Dre (qui vient de sortir Bionic 2050), les petit-enfants de feu Jay-Z et Dr Dre. Dans mon holo-pod tourne aussi des vieux classiques de Kanye West qui datent des années 2000 et les albums du groupe hardcore X-terminatorz Of Human Kind que j’ai téléchargé au format .mss9 (le format de compression semi-quantique de son émo-spatialisé).

Le téléchargement gratuit est monnaie courante à notre époque grâce la légalisation d’un système de paiement ultra-simplifié révolutionnaire en vigueur depuis 2034 grâce au N3D (Nouveaux Défenseurs des Droits Digitaux) : je pose la paume de ma main contenant ma nano-puce biométrique sur l’ID-scan pour explorer en réalité virtuelle la bibliothèque de MacTunes, je choisis les chansons ou les holo-films que je veux et ils téléchargent à la vitesse de 10To/s (vive les connexions satellites) pendant que l’artiste se voit automatiquement rémunéré par l’argent des virtu-publicités. Cette fonctionnalité a sonné la mort de l’industrie du disque à l’échelle mondiale. RIP Universal-Sony.

Mon pépé arrête pas de me rabâcher que la musique hip-hop, c’était mieux avant. Il trouve ce qu’il se fait trop artificiel. C’est sûr que ça n’a rien à voir le hip-hop du 20e siècle et début du 21e avec ce qu’il se fait maintenant avec les techniques de créa-samples, qui permettent d’associer avec parcimonie des loops filtrés à l’avance dans des banques de samples en ligne, des boîtes à rythmes à pulsations et des synthétiseurs à distorsion. En plus tout le monde peut faire son propre instru maintenant depuis la promulgation de la gratuité des samples d’oeuvres datant de plus dix ans. En plus les flows actuels sont soit hyper techniques, on rappe un peu comme des robots, soit abstract et ça ressemble à des récitations pleines de néologismes. Et les artistes qui marchent le mieux sont ceux qui ont le plus de connexions et les plus grosses communautés de net-fans.

C’était bien plus archaïque le hip-hop d’avant dans les méthodes de productions et les flows étaient plus fluides. Mais je respecte le hip-hop et l’électronica comme mon grand-père était fana de rap et adorait le jazz, la soul et la funk en son temps. Il m’arrive de lire ses rétrospectives pour ma culture personnelle. Un jour j’ai lu un article qui date de 2027 et qui s’intitulait ‘Le renouveau du rap new-yorkais à la fin des années 2000′ et dedans ça parlait de The Salvation de Skyzoo, que je connaissais pas du tout. Puisque je suis en parti d’accord avec ce qu’il dit (malgré le fait que j’ai eu du mal à m’habituer à la qualité sonore), j’ai recopié ce qu’il y écrivait dessus.

"Retour à une période où le hip-hop sortait d’une période de léthargie, une décennie avant que ce mouvement fusionne avec l’électro pour engendrer le son hiptronic actuel, qui contient une multitude de sous-genres comme l’électro-hop (pré-existant au début du nouveau millénaire), du hiptronic soul, l’écolo-hop (issue des camps de réfugiés climatiques), de la basstronic et japster hop."

"Je parle de cette époque où les graffitis n’étaient pas encore phospho-luminescents, où le sampling était manuel, les scratches se faisaient encore sur de vrais vinyles, les rappeurs étaient signés sur des labels, ils rappaient de manière moins mécanique, et où le bling-bling (très ringard quand on y repense) était à la mode, le hipster-hop n’avait pas encore explosé, le son était stéréo, et où on ne stockait que 8Go de musique dans des antiques iPod aux minuscules écrans tactiles. [...] Tout ça paraît tellement dérisoire en ce moment mais à l’époque c’était comme ça, et à mon humble avis, le rap sonnait tellement plus ‘vrai’, plus rentre-dedans, plus spontané, malgré toutes les merdes qui sortaient."

Lire la suite

LRG presents Wale & 9th Wonder "Back To The Features" @@@@


b2tf_frontWale est l’un des nouvelles sensations rap 2008/2009. Découvert sur Rising Down des Roots, cette recrue de Mark Ronson (signée sur son label AllIDo Records avec Rhymefest) a su en un an seulement escalader avec succès les marches vers les portes du mainstream sans griller les étapes : une première performance aux MTV Video Music Awards en 2007, une mixtape prometteuse (A Mixtape About Nothing), un deal chez Interscope, la couv’ d’XXL en Novembre 2008 et depuis quelques semaines un single qui marche du tonnerre en compagnie de l’electro-pop singer la plus sulfureuse du moment ("Chillin’" featuring Lady Gaga).

Juste avant de commencer ses débuts officiels avec son premier album solo programmé courant de l’année 2009, Wale s’est associé avec le producteur 9th Wonder pour sa nouvelle mixtape téléchargeable librement sur son site www.walemusic.com. Comme son nom l’indique par un habile jeu de mot repris de Retour vers le Futur (jusqu’à la pochette), Back to the Features arbore une belle brochette de featurings sur des beats exclusifs.

Lire la suite

EPMD "We Mean Business" @@@@


Plusieurs mois précédant la ‘reformation’ (néologisme créé pour des circonstances exceptionnelles) inespérée des NTM, un autre duo de légende, américain cette fois, s’était ‘reformé’ pour notre plus grand bonheur à tous. Eux aussi les croyait-on irréconciliables, eux aussi ont commencé par une tournée (mondiale vu leur envergure) à partir d’Octobre 2006, mais contrairement à nos pionniers du hip-hop français, ce groupe de rap a poursuivi jusqu’au bout leur logique de come-back en livrant leur premier album depuis Out of Business en 1999, We Mean Business. Vous l’avez probablement déjà déviné, je parle bien entendu des EPMD, Erick Sermon et Parrish Smith, de retour dans le rap bizness. Je dois dire qu’il faudrait être complètement désintéressé pour passer à côté d’une sortie aussi événementielle. Car dans la tête de certains, des rappeurs qui ont 20 ans de carrière dans les baskets n’ont plus rien à faire là, parce qu’ils sont old school, mis sur la touche par les majors, ils doivent être considérés comme des retraités passés de mode… Qu’est-ce que ça peut foutre tant que leur musique nous fasse péter les baffles et bouger la tête sur des beats qui claquent ?

Drôle d’époque… De bon vieux groupes de rock à la longévité importante comme les AC/DC, U2, Rolling Stones,… arrivent à vendre des millions de disques encore de nos jours alors que dans le rap, les artistes doivent avoir une date limite pour leur carrière comme dans le sport de haut niveau ? C’est débile comme mentalité. J’en arrête là avec mon coup de gueule, parlons de ce gros disque qui pète grave.

Lire la suite

Termanology "If Heaven Was a Mile Away (A Tribute to J Dilla)" @@@@


termanology-if-heaven-was-a-mile-awayQuand je n’ai pas de trucs neufs à écouter, je m’intéresse volontiers aux mixtapes et j’avoue m’y pencher de plus en plus dessus car je me dis souvent que je pourrais trouver une perle qui ne figurera jamais sur un format physique ou digital. Et comme chaque chose que j’écoute, je fais systématiquement une chronique de mon coup de cœur (je fais du tri sinon je m’en sortirai pas vu le flux incessant de mixtapes diffusées chaque jour).

Comme là par exemple j’ai flashé sur If Heaven Was a Mile Away, la mixtape hommage à J Dilla de Termanology. L’idée de rapper sur des beats de Dilla ne date d’hier, je pense notamment à MIL avec Mil Ruff Draft ou le Dillageance  de Busta Rhymes, mais je voulais savoir comment Terma a posé sur les instrus de Dilla, puis bien sûr prendre du bon temps en écoutant sa sélection d’instrus. Certains diront qu’on aurait préféré entendre quelqu’un d’autre rapper dessus (ça m’arrive moi-même de le penser sans être capable de propose qui d’autre aurait pu le faire), mais c’est sans compter les pointures du rap us présents en featuring. Alors on dit quoi ? "Turn it up!"

Lire la suite